Carmel de la Trinité
Metz-
Plappeville
Bienvenue
Dieu semble n’attendre que d’être aimé pour AIMER.(Ste Thérèse d'Avila-Fondations 3,18)

grand_ermitage.JPG
- Dans la propriété d’un monastère de carmélites, nous savons qu’il y a en général des ermitages. Pourquoi ?
Sainte Thérèse d’Avila souhaitait que des lieux cachés et retirés soient aménagés dans l’enceinte du monastère pour permettre aux sœurs des temps plus intenses de prière.
- Est-ce que vous y allez souvent ?
Une fois par an, chaque sœur est appelée à vivre, durant une dizaine de jours, un temps personnel de solitude plus totale. Les Sœurs qui le souhaitent aiment alors profiter des ermitages.
- En quoi consiste une retraite en ermite ?
C’est un appel du Seigneur à se libérer de tout ce qui n’est pas Lui, pour se mettre à Sa disposition le plus possible. Nous vivons l’Eucharistie avec la communauté et le reste du temps est entièrement offert à Dieu.
- Comment se passe une journée ?chalet_fleuri.JPG
Les horaires sont libres mais nous sommes fidèles à célébrer en solitude toute la liturgie des heures. Chaque sœur offre 4 heures de son temps à la prière silencieuse que nous appelons l’oraison, à l’écoute du Seigneur et des intentions de notre monde. Une heure au moins est consacrée à la lectio divina. Le reste du temps peu laisser place au travail manuel, au jardinage, ou à l’étude…selon l’inspiration de l’Esprit-Saint !
- Avez-vous emporté des livres pour nourrir votre retraite ?
J’emporte toujours ma Bible et un livre de spiritualité qui répond à une recherche personnelle. Cette année j’ai choisi les écrits de Ste Thérèse de Lisieux pour étudier particulièrement son acte d’offrande, car il me semble que cet acte est une réponse spirituelle puissante pour faire face aux défis de notre société.
28_Ermitage.jpg- Est-ce que la solitude ne produit pas un vide effrayant ? !
Effectivement il se produit un vide…bienfaisant ! C’est justement ce que nous recherchons car ce vide laisse place alors à l’Esprit-Saint. Maurice Zundel parle du « vide créateur », car il a une action purificatrice, ou illuminative selon les besoins de notre personne. Je ne saurais que trop vous encourager à faire l’expérience d’une journée de désert. Vous aurez sans doute surpris d’en apprécier le bienfait. Un jour sans musique, ni téléphone, sans avoir besoin de parler à qui que ce soit, repose. Le cœur alors peut accueillir les pensées qui lui viennent et les transformer en prière sans être aussitôt dispersé par de multiples sollicitations. En fait plus le moine est seul, plus il est comme « semé » au cœur du monde. J’aime beaucoup cette strophe d’un hymne écrit pour les moines qui traduit bien notre expérience. (strophe 3 du chant Wlh 220-2 : Au fond du désert : Texte CNPL)
- La vie en ermitage n’est donc pas vécue pour soi seulement ?
Nous pensons que la prière est toujours féconde bien au-delà que ce que nous pouvons imaginer. Au carmel notre prière a toujours une orientation apostolique selon le désir de Ste Thérèse d’Avila, comme j’ai essayé de l’exprimer poétiquement :Cache-toi
- Dans notre monde agité cette expérience pourrait-elle être secourable pour échapper au stress ?
De plus en plus de personnes, même des jeunes Mamans viennent vivre à l’accueil du monastère une journée par mois de désert en silence. Cette pause contemplative les aides à retrouver ensuite leur famille ou leur profession avec plus de paix. Elles font ainsi le plein d’amour auprès du Christ pour en vivre ensuite plus joyeusement dans leur quotidien.

chalet_nuit.JPG  Quand la veille donne de goûter le Feu divin à l'intérieur...